Note de Mei-Yin #1 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

Où suis-je ? Comment suis-je arrivée ici ?

Je me suis posée ces questions beaucoup trop de fois depuis que je me suis réveillée sur cette rive étrangère, mais je dois arrêter. Ça n’a pas d’importance. Ces réponses ne me sauveront pas, je vais donc me concentrer sur une autre question : comment puis-je survivre ? Cette question a toujours une réponse, et même si elle change tout le temps, elle m’a aidé à trouver une solution dans les moments d’incertitude ou de peur.

Il y a à peine quelques jours, je n’aurai jamais cru avoir peur à nouveau. Je pensais que ma peur avait disparu avec les Turbans Jaunes. Pourtant quand je vois un grand lézard tourner ses yeux sur moi, je sais que ce que je ressens est exactement de la peur.

 

Note de Mei-Yin #2 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

Je suis armée et vêtue maintenant, quoique grossièrement. Ma lance en pierre me fait regretter l’armurier de mon village, mais elle est utile. Je m’en sers pour chasser les oiseaux lents et gras qui se promènent sur la côte. J’ignore comment de telles créatures peuvent survivre ici, mais je suis reconnaissante de la viande qu’elles fournissent.

Je garde mes flèches pour les créatures plus dangereuses, comme les lézards aux oreilles pareilles à des éventails, dont le souffle brûle ce qu’il touche. Non, pas seulement pour les créatures. Elles ne sont pas le seul danger. Hier, j’ai trouvé des empreintes dans le sable qui ne m’appartenaient pas. Je ne suis pas seule.

 

Note de Mei-Yin #3 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

Défendre mon foyer durant la révolte m’a enseigné plus en quelques mois que je n’en ai appris toutes ces années auparavant. Parmi ces leçons : les hommes sous-estimeront toujours les femmes au combat, et les humains peuvent être plus cruels que n’importe quel animal. Les deux se sont vérifiées aujourd’hui.

Les empreintes que j’ai trouvées ne venaient pas d’un seul homme, mais de trois. Leurs yeux ont changé quand ils m’ont vu, comme des loups découvrant un agneau. Ils avaient tort. Ils étaient juste des cabots. J’étais le loup. Deux ont péri de mes flèches après avoir ignoré mes avertissements. Le dernier de ma lance. J’ai laissé leurs corps dans la nature.

Je ne peux pas rester ici. Les plages sont trop à découvert. Pour survivre, je dois braver la jungle.

 

Note de Mei-Yin #4 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

Aujourd’hui, j’ai remporté une grande victoire.

Alors que le soleil se couchait, je suis tombée sur un petit village sur un escarpement rocheux. Il était assiégé par un homme qui chevauchait un lézard comme un cheval et qui brandissait un bâton qui crachait du feu. Il aurait été plus prudent de me retirer, mais je ne pouvais ignorer les cadavres. C’était un massacre.

La surprise peut être l’arme la plus puissante d’un guerrier, et je m’en suis servi avec efficacité. Ma première flèche transperça la gorge du lézard, et beaucoup d’autres transpercèrent le dos de l’homme après qu’il soit tombé de sa selle. Il n’a jamais vu son assaillante.

Avec le recul, j’aurais dû épargner la bête. Une monture serait la bienvenue.

 

Note de Mei-Yin #5 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

Les villageois survivants m’ont laissé prendre l’armure et les armes du chevaucheur de lézard, et m’ont offert un abri pour la nuit. À ma surprise, je comprends leur langage. Leurs bouches bougent de façon étrange, mais à mes oreilles j’entends ma langue natale. Ils disent que c’est grâce à l’objet en métal dans mon poignet. Je ne comprends pas, mais ils n’avaient aucune raison de me mentir.

Cette nuit, j’ai rêvé de la révolte, mais cette fois j’étais le lieutenant Guan, levant le siège de mon village, dans une seule et vaillante charge. Quand je me suis réveillée, j’étais juste Mei-Yin, et les villageois étaient partis. Je suis une étrangère pour eux, mais mon cœur est lourd de leur perte.

Je dois continuer seule.

 

Note de Mei-Yin #6 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

Les villageois avaient rendu la domestication des bêtes assez facile, mais ma première tentative fût presque ma dernière. Ma proie était le même genre de lézard à deux pattes que chevauchait le pillard, ce que les villageois ont appelé un « raptor », mais celui-ci était fort. Alors même que la toxine sur mes flèches l’avait assommé, il a été en mesure de me lacérer le bras. Il l’a presque arraché.

Soigneusement, je l’ai nourri avec des morceaux de viande pendant qu’il se reposait, et quand il s’est enfin réveillé, j’ai pointé mon arme sur lui. C’est seulement quand j’étais sure qu’il soit devenu docile que j’ai remarqué son apparence : tout noir, sauf ses tibias blancs et ses pieds. Puis, je l’ai nommé Wuzhui, et même si je ne crois pas au destin, j’ai senti que cette bête me ramènerai dans mon pays.

 

Note de Mei-Yin #7 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

Les raptors progressent. Ils ont appris à suivre Wuzhui, et Wuzhui a appris à m’écouter. Des bêtes sans cavaliers ne peuvent maintenir une formation, mais au moins, elles courent ensemble. Avec le temps, elles ont même appris à attaquer et à se retirer à mon signal pendant nos chasses dans les plaines.

Ensemble, Wuzhui et ses cinq frères sont comme une unité de cavalerie légère, dont je suis la commandante. Malheureusement, ils sont tout ce que je possède. Je n’ai rien d’un artisan, et je n’ai que peu de biens.

Cependant, tout le monde n’est pas comme moi. Il existe peut-être quelqu’un qui sait fabriquer mais qui ne sait pas se battre. Peut-être pourrions-nous commercer.

 

Note de Mei-Yin #8 – The Island

ark france

Mei-Yin Li a écrit :

La défense a été spectaculaire. Comme beaucoup de tribus, les Faucons Rouges dépendaient entièrement de la force brute. Ils ne pensaient qu’à charger avec leurs bêtes et leurs fusils, sans tenir compte de ce qui les entoure. Ils ne s’attendaient pas à une embuscade, encore moins à une sur leur flanc exposé.

Notre victoire était si complète que mes bienfaiteurs ne me récompensèrent pas seulement avec les armes et les provisions qu’ils m’avaient promises, mais également avec des animaux supplémentaires pour les porter. À chaque bataille, mes compétences s’améliorent et mes rangs grossissent, ne serait-ce qu’avec des bêtes. Cela ne me dérange pas. Les gens auxquels je tiens sont dans mon pays. Jusqu’à ce que je revienne, Wuzhui me suffit comme compagnie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here