17.3 C
Paris
19 octobre 2021
ARK FRANCE – Actualités ARK et ARK 2 sur PC et consoles
Image default
Scorched Earth

TRADUCTION DES NOTES DES EXPLORATEURS : HELENA WALKER #1 À #30

Note d’Helena #1 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Il a fallu que je choisisse le désert. Pourquoi, diable, ai-je choisi le désert?

Bon, je suppose que « choisir » est un mot assez fort. Je ne suis toujours pas certaine de comment j’ai fait pour faire fonctionner cette console, mais elle s’est soudainement mise à faire défiler des images holographiques de différentes stations spatiales similaires à celle de l’île sur laquelle je vivais. Évidemment, je devais appuyer sur un autre bouton pendant que la console montrait celle qui contenait des étendues sans fin de désert sanglant, et me voilà.

C’est typiquement moi, n’est-ce pas ? Toujours à sauter, à ne jamais regarder. Eh bien, tirons en le meilleur de la situation, et par là, ce que je veux dire « mieux vaut ne pas mourir d’épuisement dû à la chaleur. »

Note d’Helena #2 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

J’ai sérieusement perdu l’habitude de chasser. Non pas que j’aie déjà été spectaculaire, mais j’ai l’impression d’avoir obtenu un diplôme rien qu’en ayant écrasé des insectes avec une pierre à un moment donné.

Au moins, j’ai été pleinement récompensée pour mes efforts. Mon intuition était bonne : ces grosses bestioles vertes transportent de l’eau potable dans leur dos, Dieu merci pour cela ! J’aurais pu ne jamais l’apprendre si j’avais tué un des rouges en premier, car ceux-là transportent du pétrole à la place. Beaucoup moins utile quand vous mourez de soif, je peux vous le dire.

Néanmoins, il se pourrait que je lutte contre l’inévitable. Je suis toujours à pied et toujours seule. Athéna me manque vraiment…

Note d’Helena #3 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je suis chanceuse. Par pure coïncidence, je suis tombée sur un autre groupe de survivants aujourd’hui, et ils n’ont pas essayé de me tuer ou quoi que ce soit ! Si je ne savais pas comment marchent vraiment les probabilités, je dirais que cette récente suite d’événements chanceux est le signe de l’univers qui s’amende pour m’avoir d’abord envoyé dans ce fichu désert.

Les caravaniers étaient accueillants, et les créatures qu’ils chevauchent sont fascinantes. Elles ressemblent à des dinosaures, mais elles partagent aussi des traits communs avec les chameaux. Bizarre ! L’île n’avait jamais rien eu de comparable parmi toute ses curiosités.

Je vais devoir les étudier… après une sieste. Cette survie dans le désert m’a épuisée.

Note d’Helena #4 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Si j’avais atterri dans cette station au lieu de cette île, je n’aurais jamais imaginé que l’écosystème fut naturel. Pas même une seconde.

Prenez ces Morellatops par exemple : ils sont issus d’un croisement entre un cératops, un morelladon et un chameau, et le plus étrange ? Il est possible de planter une tige à certains endroits sur ses bosses et boire de l’eau potable. On dirait de la pisse, mais c’est sans danger, et cela ne blesse même pas le Morellatops. C’est de la folie !

Tout cela est certainement le résultat d’expériences génétiques, mais je le savais déjà, n’est-ce pas ? Il est temps de comprendre le « pourquoi ». Peut-être qu’étudier d’un nouvel oeil les créatures qui vivent ici me permettra de mieux comprendre tout cela.

Note d’Helena #5 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Aujourd’hui, j’ai aperçu ce que les caravaniers appellent les « Dunes infinies », la mer désolée de sable qui entoure apparemment la partie habitable du désert de toute part.

Ces dunes finissent sûrement quelque part, mais je comprends pourquoi on peut croire le contraire. Non seulement elles s’étendent à l’horizon, dont je sais maintenant qu’il s’agit d’une sorte de projection holographique, mais elles sont l’habitat de « vers » de sable géants, qui dévoreraient tout ce qui met le pied dans leur domaine.

J’ai d’abord pris ça à la rigolade. Puis j’ai vu cette créature, de la taille d’un train, jaillir brusquement du sable et dévorer un Morrelatops sauvage qui venait se promener sur son territoire. Je suppose que je vais devoir apprendre à regarder où je mets les pieds…

Note d’Helena #6 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Aussi absurde que soient les Vers des sables, je vois leur raison d’être. Ils forment une barrière naturelle.

Si cet endroit est une station spatiale, se présentant comme un véritable écosystème, alors il doit confiner la faune et les humains qui y résident d’une manière qui semble naturelle. L’île accomplit cela par le simple fait d’être une île, et le désert grâce aux Vers des sables.

Certes, une grande population de prédateurs ayant des besoins de kilocalorie insensés ne durerait jamais longtemps dans un endroit dépourvu de proie, mais comme il s’agit d’un environnement artificiel, la station peut nourrir ou remplacer les Vers des sables, au besoin. C’est un peu compliqué, mais c’est logique.

Note d’Helena #7 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Il est temps de passer en revue les faits.

Tout comme l’île, ce désert est une station spatiale se présentant comme un environnement naturel. Elle est habitée par une grande population de dangereuses créatures, génétiquement modifiées, et une petite population d’humains qui luttent pour survivre. Tout cet écosystème est délibérément contenu par la combinaison d’un horizon holographique et de barrières naturelles.

En supposant que les autres stations soient similaires, alors tout ceci commence à ressembler a une expérience bizarre à grande échelle. Oui, chaque station représenterait un groupe expérimental et…

Je vais devoir continuer ça plus tard. Un des éclaireurs de la caravane vient juste de rentrer en panique. Quelque chose à propos de rochers prenants vit, ce qui est bien sûr ridicule. 

Note d’Helena #8 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je regrette le temps où je pensais qu’un Tyrannosaure gambadant dans la neige était le comble de l’absurdité. Comparé à hier, cela semble banal.

Comme l’éclaireur l’avait si éloquemment dit, les rochers étaient bien vivants. Vivants, en forme de golem massif, bipède et extrêmement en colère. J’étais trop choquée pour fuir comme les autres quand il a chargé, et pendant un moment, j’étais certaine que je mourrais.

Puis quelque chose d’encore plus étrange s’est produit, la foudre s’est écrasée sur le golem, mais elle n’est pas venue du ciel. Elle venait de la bouche d’un vrai dragon.

Je ne me souviens plus de quoi que ce soit après ça. La peur et l’instinct ont pris le relais pour le reste de la journée, et même si cela m’a aidé à survivre, je suis de nouveau seule.
Note : cette traduction n’est actuellement pas officielle. Le sous-titre anglais n’est pas présent sur Crowdin, et celui affiché en jeu correspond au texte de la note #8 d’Helena de The Island…

Note d’Helena #9 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je me souviens maintenant, le dragon avait un cavalier. Enfin, la wyverne. Deux jambes signifient qu’il s’agit d’une wyverne. Pfiou, écoutez-moi ça, je suis en train de combattre pour ma survie et je suis toujours en train de chercher du temps pour la sémantique.

Le cavalier était trop couvert pour pouvoir l’identifier. Était-ce Mei-Yin ? Non, c’est idiot. Je ne sais même pas si elle est en vie, et encore moins si elle est dans ce désert avec moi. Bien que cela lui aurait ressemblé, d’avoir dompté la plus vile des choses de ce désert si rapidement.

C’est agréable de se dire qu’une amie est peut-être à ma recherche. Du moins, nous étions des camarades, non ? En quelque sorte.

Je pourrais vraiment en utiliser un maintenant. Un ami, je veux dire.

Note d’Helena #10 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Eh bien, j’ai trouvé un nouveau compagnon. Cette petite boule de poil n’est pas exactement ce que je voulais, mais je l’emmène quand même.

J’ai nommé son espèce Renopila Amplexus. Ce sont de petits herbivores affectueux et très calins, et pour autant que je sache, en apprivoiser un n’a aucun usage pratique. Cependant, je ne pouvais pas la laisser mourir de faim. Je suppose que toutes ce stress avec les golems et les wyvernes ont fini par effacer ce qui restait de mon instinct scientifique pour laisser la nature à elle-même.

Au moins, nous nous apportons un peu de chaleur la nuit, et ses pitreries m’ont aidé à garder le moral. Je suppose que je vais devoir lui donner un nom.

Note d’Helena #11 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

J’ai peut-être eu tort à propos de l’usage pratique de Renopila. Plus tôt aujourd’hui, mon nouveau compagnon à fourrure a commencé à rebondir avec tellement d’excitation que je ne pouvais pas le calmer, et puis il a commencé à pleuvoir.

Une coïncidence, mais peu de temps après avoir rempli mes gourdes et être reparti, il a commencé à devenir nerveux. J’ai décidé de trouver un abri au cas où, et en quelques minutes, la pluie légère s’est transformée en un orage.

J’aurai besoin de plus de preuves pour tirer des conclusions définitives, mais ça ne me dérangerait pas d’avoir un petit radar météorologique à fourrure avec moi.

Vous savez… c’est un peu au pif, mais Radar n’est pas un mauvais nom.

Note d’Helena #12 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Dieu merci que j’ai décidé de trouver un endroit en hauteur il y a deux jours, sinon je n’aurais jamais repéré cette colonie. C’est la deuxième fois que la chance me sourit. Je ne pourrai pas toujours compter dessus. Je vais devoir rester ici un moment et me préparer avant de repartir.

Heureusement, les villageois veulent bien me donner refuge et ravitaillement contre mon aide. Un autre coup de chance, un autre facteur sur lequel je ne peux compter. Sur l’Île, le nom de Rockwell m’a amené loin, mais ici, je suis juste une autre étrangère. Tout le monde ne me fera pas confiance ou ne m’aidera. Je dois être préparée à survivre par moi même.

Note d’Helena #13 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

D’une certaine manière, survivre par moi-même représentait moins de travail. Au moins je n’étais pas enrôlé dans le travail manuel. Uh, tout mon corps se sent mal !

Je parie que je n’aurais pas à travailler si j’étais aussi adorable que Radar. Tout le village est amoureux d’elle. Je vous jure, ils la gâtent comme une petite princesse poilue.

Rockwell serait furieux à propos de cet arrangement. Je l’entend déjà râler sur le fait de traiter les érudits convenablement. J’espère que ce vieux britannique va bien. Peut-être que quand j’aurai brisé ce mystère, je trouverai un moyen de l’emmener hors de l’Île et nous pourrons en discuter autour d’une tasse de thé comme au bon vieux temps.

Note d’Helena #14 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Bien que je ne me souvienne toujours pas de la dernière fois où j’ai tiré avec une arme à feu, ma mémoire musculaire est bien meilleure. Selon mon instructeur, je « n’étais pas un désastre complet » sur le champ de tir.

Je ne suis pas pacifiste. La mort et la violence font partie de la vie, c’est juste la nature. Pourtant, une arme à feu me rend toujours un peu mal à l’aise. L’idée de tirer sur un autre humain me semble instinctivement erronée. Sur l’Île, je ne pouvais même pas tirer sur la Nouvelle Légion.

Mais je dois y mettre du mien. Les villageois ont été accueillants et patients avec moi. Pour leur bien, je dois m’entraîner.

Note d’Helena #15 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je vais peut-être devoir mettre mes compétences de tir à l’épreuve plus vite que je ne le pensais. Un groupe de chasseurs a repéré un essaim de mantes géantes qui se dirige dans notre direction.

Oui, des mantes géantes. Je ne les ai pas vues de mes propres yeux, mais les villageois en parlent de temps à autre. Ils disent que ces insectes ont des petites mains qui peuvent réellement saisir et manier des armes ou des outils. Ça a l’air absolument dingue, mais l’idée d’un essaim de mantes l’est tout autant. Elles doivent partager le même dégoût pour le cannibalisme que la mante fantôme.

Personne ne semble désireux de les combattre, mais elles sont trop près pour s’échapper. En espérant qu’elles passent uniquement.  

Note d’Helena #16 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Il était vain d’espérer que les mantes aient ignorer le village, et je pense que nous nous demandions tous si le prochain lever de soleil serait le dernier. En dépit de tout mon entraînement, mon fusil était lourd et étranger entre mes mains tremblantes, alors que l’essaim avançait. Par chance, elles n’étaient pas nos seuls visiteurs.

Les villageois ont éclaté en cris de joie alors que, depuis le ciel, la foudre et le feu s’abattaient sur les insectes qui avançaient vers nous. Certains scandaient un nom : Wali al Aswad. Le cavalier, toujours caché derrière des draps noirs, ne prêta pas attention à l’ovation. Avec une efficacité rapide, le petit vol de wyvern décima l’essaim de mantes et se dirigea vers l’horizon.

Wali al Aswad… Je dois absolument rencontrer cette personne, ne serait-ce que pour les remercier.

Note d’Helena #17 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Savoir qui ou ce qu’est Wali al Aswad dépend de votre interlocuteur. Certains villageois lui ont attaché une connotation religieuse, croyant qu’il s’agit d’un gardien céleste qui apparaît aux dignes lorsqu’ils sont dans le besoin. Un villageois est même convaincu que Wali est un extraterrestre.

Je ne considère pas les croyances. Je me base sur des preuves empiriques, et cela veut dire que rien n’est certain à son propos tant que je ne l’aurai pas rencontré. Je n’oublierai jamais la gentillesse de ce village, surtout après m’avoir offert un Morellatops et des provisions pour mon voyage, mais c’est pourquoi je suis là, pour trouver des réponses.

Note d’Helena #18 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je suis définitivement plus préparée pour ce désert qu’avant, et mieux équipée. Avec mon Morellatops offrant un grand réserve d’eau mobile et de Radar à l’affût de la météo, la seule menace dont j’ai vraiment à me soucier est celle des grands prédateurs. Et aussi des golems géants.

Je suis vraiment impressionnée par la forme dans laquelle je suis. Je pense que j’ai même vu un semblant d’abdominaux ! Il m’a fallu assez longtemps. J’ai vécu sans bonbons depuis des lustres, après tout, on aurait pensé que je retrouverai la forme beaucoup plus vite.

Génial, maintenant les bonbons me manquent… Ce que je ferais pour goûter de nouveau au chocolat …

Note d’Helena #19 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Il a fallu des semaines de recherches, mais j’ai enfin aperçu Wali al Aswad. Je savais que je m’approchais quand j’ai trouvé une série de formations de fulgurite ce matin, et bien sûr, j’ai repéré plusieurs wyverns plus tard dans l’après-midi avec un seul cavalier parmi elles.

Le cavalier m’a clairement vu également, car aussi tôt les wyvernes se sont mises à tourner au-dessus de ma tête. J’ai fait de grands gestes de la main et je l’ai salué, j’ai même crié le nom de Mei-Yin au cas où. Pourtant, sans même un signe de tête, les wyvernes se sont regroupées et sont parties.

Wali n’est pas quelqu’un de social, mais je ne baisse pas les bras si facilement.

Note d’Helena #20 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Bien sûr, Wali vit sur une fichue montagne. Bien sûr qu’ils y vivent. J’ai vu les wyverns atterrir au sommet hier, et elles ne sont pas parties. Cela doit être leur maison… malheureusement.

Les chemins étaient trop étroits pour mon Morellatops, j’ai donc dû le laisser derrière. Il devrait savoir s’éloigner si je ne reviens pas, pas que je ne puisse vraiment m’inquiéter à ce sujet. La montée s’en sort très bien pour m’épuiser, sans même user de distraction.

Je vous jure, si je n’ai pas des abdos saillants après l’ascension d’une montagne dans ce désert, je vais être terriblement en colère.

Note d’Helena #21 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je ne sais pas à quel genre de réception je m’attendais quand je suis arrivée au sommet, mais le rire n’en faisait pas partie. Pourtant, c’est exactement ce que j’ai entendu quand je me suis finalement effondrée et que j’ai commencé à jeter toutes les obscénités auxquelles je pouvais penser à cette foutue montagne, le rire perplexe d’une vieille femme.

Wali al Aswad n’est définitivement pas un ange gardien. Elle a rapidement rejeté ces rumeurs avec des remarques sur la façon dont les dieux ont abandonné cet endroit misérable.

Cependant, bien que j’aie évité ce sujet, elle a accueilli mes questions avec une chaleur surprenante, bien que souvent énigmatique. J’ai le sentiment que je vais devoir être patiente avec elle.

Note d’Helena #22 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Il s’avère que je n’ai pas trouvé Wali al Aswad. Elle m’a trouvée.

Tandis que le portail que j’ai utilisé pour arriver ici s’est ouvert en fanfare du coté de la console, apparemment de l’autre côté c’était aussi spectaculaire. Selon Wali, il lui était facile pour elle de le repérer du haut de sa wyverne, et elle a commencé à me suivre peu de temps après. Je suppose que ses interventions opportunes n’étaient pas une coïncidence.

Elle n’a pas semblé très surprise quand je lui ai parlé des obélisques, de leurs gardiens ou même que ce désert n’est en fait qu’une station spatiale. Soit elle en sait plus qu’elle ne le dit, soit l’expérience lui a enlevé tout sentiment de surprise.

Note d’Helena #23 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Voler m’a vraiment manqué. Il n’y a pas de sentiment semblable, et aucun équivalent à voir un lever de soleil depuis les nuages.

Wali a probablement commencé ces séances de pilotage de wyverne juste pour se donner une porte de sortie quand nos conversations deviennent trop personnelles, mais ça ne me dérange pas. Malgré leur apparence, la conduite d’une wyverne est tout aussi agréable que celle d’un argentavis, même sans une selle. Par conception, peut-être ?

Peu importe. Génétiquement modifiées ou non, ce sont de magnifiques créatures. C’est une proposition risquée, mais il faut absolument que je les observer dans la nature un jour. Je ne peux pas laisser passer une occasion comme ça.  

Note d’Helena #24 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Maintenant que Wali trouve mes compétences de monte de wyverne acceptables, elle a finalement accepté de me faire découvrir la région.

D’après ce que je peux comprendre, elle est là depuis très logntemps, peut-être même depuis plus longtemps que Rockwell était sur l’Île. Elle connait l’histoire de chaque village et chaque ruine. Apparemment, il y avait autrefois une grande cité au sud-est, mais elle a été anéantie à un moment donné.

Elle reste encore silencieuse sur de nombreux détails, mais je dois continuer à être indiscrète. Radar a beaucoup aidé sur ce point. Wali est sans aucun doute de meilleure humeur quand cette petite boule de poil est dans les parages. Ce petit charmeur a définitivement mérité son repas.

Note d’Helena #25 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je suis reconnaissante que Wali me laisse le temps d’étudier la faune locale, mais je soupçonne qu’elle ne le fait que par amusement. Elle dit toujours quelque chose comme : « Pourquoi passez-vous tant de temps sur ces gribouillis que personne ne lira ? »

Je n’ai jamais eu une bonne réponse. Il est vrai que personne d’autre ne va lire mes dossiers, vu je n’ai aucun moyen de les reproduire ou de les distribuer tant que je suis piégée sur l’une de ces stations spatiales. Quand je les ai commencés, ils étaient un projet de passion, créé par mon amour pour la nature et ses créatures.

À présent ? Je suppose qu’ils font juste partie de mon identité. Les écrire aide à me rappeler qui je suis.

Note d’Helena #26 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je ne peux pas le croire ! Wali a repéré quelqu’un errant dans le désert l’autre jour, et il s’est avéré être nul autre qu’Edmund Rockwell ! J’ai presque fondu en larmes quand je l’ai reconnu.

Apparemment, il a entendu que Nerva me tenait captive et a cherché à négocier ma libération. Cela l’a conduit à la grotte, et finalement il s’est retrouvé ici. C’est vraiment gentil de sa part de passer par tous ces ennuis pour moi !

Curieusement, Wali prétend avoir vu un portail s’ouvrir loin de son territoire peu de temps avant le mien. Je suppose que c’était Rockwell, bien que Wali soit arrivée sur les lieux trop tard pour le suivre. Rockwell a théorisé que les portails peuvent nous conduire à travers le temps ainsi que l’espace. Compte tenu de ma compagnie actuelle, je suis enclin à être d’accord avec lui.

Note d’Helena #27 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Wali a été beaucoup plus calme depuis que nous avons trouvé Rockwell. Je suppose qu’elle nous laisse juste rattraper le temps passé. Cependant, elle a dit quelque chose d’intéressant quand nous racontions les ambitions de Nerva pour l’île.

« Cet endroit ne permettrait jamais à quiconque de le maîtriser » dit-elle, et, quand je lui ai demandé d’expliquer, elle m’a dit que la grande cité au sud-est a été détruite par l’obélisque lui-même.

Ce n’est actuellement qu’une conjecture, mais c’est intéressant d’y penser. Les conservateurs de ces stations pourraient-ils surveiller le comportement humain et couper ses ailes si les survivants se regroupent et volent trop près du soleil ? Si chaque station représente un groupe différent dans une expérience plus vaste, « réinitialiser » le progrès humain aurait beaucoup de sens.

C’est un peu sinistre, n’est-ce pas ?

Note d’Helena #28 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Je ne pense pas que Rockwell n’a pas beaucoup dormi. Je me suis réveillée la nuit dernière pour le trouver en train d’étudier un étrange morceau de métal au coin du feu. Je suppose que certaines tribus lui ont donné en cadeau, ainsi qu’un artefact très familier.

J’ai insisté pour que nous montrions ces objets à Wali, et elle les a reconnus comme la propriété du gardien solitaire de cette station. Avec tout ce qu’elle sait, je ne suis pas surprise qu’elle ait activé les obélisques auparavant. Enfer, on dirait bien que la vieille a tué la bête elle-même !

Depuis que nous avons mentionné l’artefact du gardien, Wali dit que nous pouvons quitter cette station à tout moment. Je suppose que nous le ferons bientôt. Rockwell est impatient de partir, et bien que j’apprécie Wali, j’ai eu mon plein de sable.

Note d’Helena #29 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Le transporteur qui peut nous ramener au « centre de contrôle » se trouve dans les ruines d’une autre ville, au sud des montagnes. Wali croit qu’elle a été détruit par les obélisques, tout comme la ville au sud-est.

Je ne lui ai pas demandé des détails, pas que j’en aurais eu. Wali a les lèvres serrées à propos de ces ruines. Je devais pratiquement la supplier de m’emmener dans la ville au sud-est, et pendant que nous étions là, elle passait le plus clair de son temps à regarder au loin.

Ça n’a aucun sens de faire tomber son humeur avec ces fadaises maintenant. Après tout ce qu’elle a fait pour moi, j’aimerais lui faire un bon adieu.

Note d’Helena #30 – Scorched Earth

ark france

Helena Walker a écrit :

Après nous avoir vus traverser les ruines en toute sécurité jusqu’à la plateforme, Wali s’en est allée. Après en avoir tant fait pour moi, j’étais triste de la voir s’en aller, mais au moins je l’ai fait sourire avant qu’elle ne parte. Enfin, Radar et moi. Je ne peux pas prendre la petite bestiole avec moi, alors j’ai officiellement donné sa garde à Wali. Je pense qu’elles iront bien ensemble.

Oups, j’ai écrit « Wali » plus haut ! Deux fois ! Je suppose que les vieilles habitudes ont la vie dure, mais ce n’est pas vraiment son nom, n’est-ce pas ? J’ai toujours su que c’était le cas, mais elle ne m’avait jamais dit de l’appeler autrement. Au moins pas jusqu’à maintenant.

Eh bien en tout cas je suis enchantée, Raia. C’était un plaisir de te connaître.

Articles connexes

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site web.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies